Restauration d'émail sur cuivre ou autre métal

L’émail est un mélange de silice et de différents composants alcalins et plombifères. Leur fusion produit une matière le fondant qui est ensuite coloré avec des oxydes métalliques (cobalt pour le bleu, cuivre pour le rouge, manganèse pour le violet, étain pour le blanc, …). Le mélange refroidi est réduit en poudre puis humidifié pour obtenir un mélange pâteux qui sera ensuite travaillé à la spatule, au pinceau ou à l’aiguille. Ce mélange devra être lavé plusieurs fois pour obtenir un émail le plus pur possible.

Ce mélange est disposé sur une plaque de métal précieux (or, argent ou cuivre) préalablement désoxydée. L’émail doit être posé sur les deux faces (l’émaillage sur l’envers de la plaque est appelé contre-émaillage) pour éviter les déformations et la corrosion. 

Après la pose des émaux sur la plaque de cuivre, il ne reste plus qu’à enfourner le tout et le cuire autour de 900°C pour vitrifier la pâte. Et bien entendu, il est nécessaire de recommencer cette opération pose/cuisson jusqu’à l’obtention du résultat attendu. 

Les deux dernières étapes (non obligatoires, elles ne sont nécessaire que pour la technique du cloisonné et du champlevé) sont le lapidage et le polissage qui permettent d’enlever l’excès d’émail qui déborde des cloisons et d’obtenir ainsi une surface bien lisse et brillante. Il est encore possible de recuire l’émail après ces étapes pour obtenir un émail brillant (le glacage).